Faune et les pistes d'actions envisageables pour préserver les ressources

Publié le par Réagir

Faucon crécellerette, alouette calandre, Ganga canta, outarde canepetière, oedicnème criard, rollier d’Europe…
L alouette calandre a vu sa population française diminuer fortement depuis les années 50.
Recensement de la population d’Alouette calandre : effectif évalué : 62 à 70 couples reproducteurs d’après l’équipe de la réserve naturelle. Dans la plaine de la Crau il y a la seule population viable de cette espèce.
Le Ganga canta qui est une espèce sédentaire ne vit sur le territoire Français, que sur la plaine de la Crau avec un effectif de 115 couples .
La plaine de la Crau accueille 40% des effectifs français d’outardes canepetière, c’est une espèce steppique adaptée aux plaines ouvertes.
Les vautours percnoptères ont  disparut depuis quelques années sur ce territoire, dû aux restriction sanitaires. Le fait d’enlever systématiquement les cadavres d’animaux a réduit les ressources alimentaires de ces vautours. Le CEEP a mis en place des aires de nourrissages, c'est-à-dire : laisser des cadavres de moutons au niveau de placette équipées d’un dispositif de prise de vue automatisé qui permet de mesurer la fréquentation par le vautour percnoptère.
La population européenne de faucon crécerellette a diminué de 90 % depuis le milieu du XXe siècle. En France, seulement 151 couples nicheurs ont été recensés sur 2 sites dont la plaine de la Crau. En 2003, il y avait 127 couples nicheurs en Crau contre 3 en 1983.
La plaine de la Crau comporte des zones d’alimentation, de nidification et de repos  pour le Faucon crécerellette.
Le Milan royale voit ses effectifs d’hivernages localisés surtout en Crau.
Globalement, en relation avec la réduction du coussous, on assiste à une réduction des insectes et donc des oiseaux insectivores en Crau (Rollier d’Europe, Huppe fasciée, Chevêche d’Athéna…)
 
Les populations de lièvre et de lapins sont en pleine régression . Les principales causes sont : les perturbations causées par le bruit, les maladies.
  
La principale espèce de lézard présente sur les coussous est le Lézardocellé. La Crau est le territoire français où ce reptile est le plus fréquent,mais ses populations sont en nette régression (jusqu’à 75 % de diminutionsur certaines zones) et affichent une fragmentation importante. Enfin, leCriquet de Crau est l’insecte emblématique de la pelouse steppique de la Crau. Endémique de ce site exceptionnel, cet orthoptère connaît une forterégression due au fractionnement de la population (dégénérescencegénétique du taxon) par la fragmentation du coussous (aménagements structurants).
L’avenir de la faune sauvage en Crau est lié à la présence d’une mosaïque de milieux passant des coussous aux prairies humides sans oublier les nombreux canaux (roubines) qui offrent des espaces propices à l’entomofaune. L’équilibre entre les prairies, les coussous et les marais est primordial pour le maintien de la diversité écologique de la Crau. Par ailleurs, la pénétration des grands aménagements structurants (voirie, installations militaires, avancée du site industriel de Fos sur Mer…) et la présence d’une décharge à ciel ouvert près d’Entressen menacent la Crau.
 
Alouette calandre (Melanocorypha calandra)
Agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale) Odonate
Butor étoilé (Botaurus stellaris)
Chevêche d’Athéna (Athene noctua)
Cistude d’europe (Emys orbicularis)
Cordulie à corps fin (Oxygastra curtisii) ) Odonate 
Criquet de Crau (Prionotropis hystrix rhodanica )
Faucon crécerellette (Falco naumanni)
Ganga cata (Pterocles alchata)
Hydroptila giudicellorum
Huppe fasciée (Upupa epops)
Lézard ocellé (lacerta lepida)
Locustelle luscinioïde (Locustella luscinioïdes) – P/Be2
Lusciniole à moustaches (Acrocephalus melanopogon)
Milan royal (Milvus milvus)
Oedicnème criard (Burhinus oedicnemus)
Outarde canepetière (Tetrax tetrax)
Perdrix rouge (Alectoris rufa)
Rollier d’Europe (Coracias garrulus)
  
Les routes et les oiseaux :
 
En 2002 a été fait un inventaire sur les chouettes chevêches d’Athéna (Athene noctua) au niveau des 440 km² de la plaine classée en ZICO et : en résultat, il y a beaucoup moins d’oiseux sur le bord de l axe routier. De grands secteurs restent vides ou avec des densités vraiment très faible : au abord immédiat de Saint Martin de Crau et sur la bordure ouest de la Crau sèche.
Il s’avérerai que les routes sont sources de dérangement pour certaines populations d’oiseaux. Bruit, forte proximité avec la route, danger immédiat, ressources moindre… reste des facteurs limitants.
 
Construire une route dans un territoire aussi ouvert créé une fragmentation importante du milieu. Des espèces ne traversant plus les routes pour rejoindre des congeneres installés de l autre cotés courent à la consanguinité….
 
Pour les mamifères:

  Barbastelle (Barbastella barbastellus) Etape migratoire. C  
  Grand Murin (Myotis myotis) Reproduction. Etape migratoire. C  
  Grand Rhinolophe (Rhinolophus ferrum-equinum) Reproduction. Hivernage. Etape migratoire. B  
  Minioptère de Schreibers (Miniopterus schreibersi) Reproduction. Etape migratoire. C  
  Petit Murin (Myotis blythii) Reproduction. Etape migratoire. C  
  Petit Rhinolophe (Rhinolophus hipposideros) Etape migratoire. C  
  Rhinolophe de Mehely (Rhinolophus mehelyi) Etape migratoire. B  
  Rhinolophe Euryale (Rhinolophus euryale) Hivernage. Etape migratoire. C  
  Vespertilion à oreilles échancrées (Myotis emarginatus) Etape migratoire. C  
  Vespertilion de Capaccini (Myotis capaccinii) Etape migratoire. B  
 
Pistes d’actions envisageables  pour préserver les ressources :
Maintenir et encourager le pastoralisme extensif ; conserver une hétérogénéité des habitats
(prairies, cultures, coussous, friches), maintenir les surfaces pâturées, les friches et les herbes deprintemps.
Maintien d’un coussous vaste et ouvert avec un pâturage extensif saisonnier et non cultivé.Encourager l’exploitation raisonnée des prairies humides.
Encourager la mise en oeuvre d’études d’impact au préalable à la mise en culture(arboriculture) des prairies ou du coussous en Crau.
Continuer la valorisation des fourrages.
Promouvoir la gestion globale et concertée de la Crau, s’appuyer sur les opérations définies
dans le cadre des procédures Natura 2000, conserver la dynamique des mesures agrienvironnementalesen Crau et maintenir les efforts d’acquisition foncière.
Préserver et restaurer la fonctionnalité des haies et friches dans les prairies.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article