Activités économiques

Structure économique de la zone d'étude

Le triangle formé par les communes de notre zone d'étude est marqué par un grand nombre de micro-entreprises à vocation tertiaire. Son secteur agricole s'illustre
quasi exclusivement au travers d'un tissu de petites exploitations (moins de 10 salariés) ; seules 5 grosses exploitations agricoles emploient entre 20 et 49 salariés en 2006.
Activit--s-dominantes-sur-la-zone-d---tude-copie-1.jpgL'économie générale de la zone d'étude est toutefois nettement dominée par l'industrie et les services : en effet, il existe une concentration de grandes entreprises à vocation industrielle dans la zone industrielle de Fos (ZIF). D'autre part, la filière logistique est dynamisée par la présence de grandes entreprises de transport et de services aux entreprises. On retrouve ce découpage économique sur le terrain par une répartition géographique assez typée selon les espaces. En effet, la vocation industrialo-portuaire de la zone de Fos se traduit par la grande proportion d'établissements à vocation industrielle et commerciale au regard des autres communes. A l'opposé, les exploitations agricoles sont beaucoup plus significatives sur le territoire couvert par les communes d'Arles et St Martin de Crau.
Ces deux secteurs d'activités, géographiquement très distincts, structurent notre zone d'étude.

Secteurs-d-activit--s-par-communes.jpg


ACTIVITES ECONOMIQUES : SECTEUR INDUSTRIEL

R--partition-des---tablissements-industriels.JPG
 

L'industrie, notamment celle des biens intermédiaires et d'équipement, structure le tissu économique en PACA. Ce particularisme régional est particulièrement représenté dans la Zone d'Emploi de l'Etang de Berre.
Nous détaillerons ici les secteurs susceptibles de présenter un risque de pollution des sols, soit par leur activité de fonctionnement, de stockage ou par leur transport sur routes.
En effet, les processus de production de nombre d'entreprises industrielles peuvent provoquer des rejets polluants et présenter des risques de fuite et d'explosion. D'autre part, le transport et l'usage des produits issus de l'industrie pétrochimique et chimique peut se révéler dangereux ou préjudiciable pour l'environnement et l'homme (transport de matières dangereuses).

Il s'agit majoritairement des activités de raffinage, de pétrochimie et de sidérurgie, situées dans la zone industrielle de Fos (ZIF) et dans la zone de Lavera à Martigues. Le secteur d'étude dessert 2 raffineries, 11 établissements chimiques utilisateurs de produits tirés du pétrole, auxquels s'ajoute celui de Port de Bouc (spécialisé dans la production de produits bromés) ainsi qu'Arcelor, leader de la transformation de la sidérurugie mondiale. Cette économie portuaire correspond à un enjeu national, et se trouve donc soutenue dans les différents schémas territoriaux d'aménagement.

Raffinage de pétrole

Les raffineries de pétrole implantées autour de l'étang de Berre (Total France à La Mède, Esso Raffinage SA à Fos-sur-Mer, Shell Pétrochimie Méditerranée à Berre-l'Etang et Innovene à Lavéra) positionnent Provence-Alpes-Côte d'Azur au premier rang des régions françaises avec 29 % de pétrole traité et ce, malgré une baisse de sa production. 40 % des importations françaises d’hydrocarbures transitent par le PAM. En 2005, les sites de Total, Shell, Innovene et Esso ont raffiné plus de 30 millions de tonnes de carburants. L’adaptation aux spécifications européennes relatives à la teneur en souffre des carburants entraîne de nouveaux investissements. Les capacités de stockage régionales dépassent neuf millions de m3 de brut et huit millions de m3 de produits raffinés. Le complexe méthanier, constitué du terminal Fos Tonkin et du terminal Fos Cavaou, opérationnel en 2007, sera le premier site européen d’approvisionnement en gaz naturel liquéfié.

Chimie, caoutchouc, plastiquesGrands---tablissements-du-secteur-industriel.JPG

 
Les produits issus des quatre raffineries de pétrole implantées autour de l’étang de Berre constituent l'essentiel des matières premières de la chimie de base. Ces produits sont des intermédiaires utilisés en amont de la plupart des industries manufacturières : automobile, bâtiment, pharmacie, textile, agroalimentaire, électronique. Ainsi, 44 % de la production française d'éthylène et 50 % de celle de chlore proviennent de la région.
La chimie de base régionale est fortement implantée dans la zone industrialo-portuaire de Fos-Lavéra et sur les rives de l'étang de Berre. Le site de Lavéra comprend la raffinerie Innovene, d’une capacité de traitement de brut de 10 millions de tonnes par an, qui fournit le Naphta au vapocraqueur de Naphtachimie. Celui-ci alimente les unités chimiques Innovene du site, en éthylène, oxyde d'éthylène et autres dérivés. L’activité raffinerie et chimie d'Innovene (filiale à 100 % du Groupe BP) a été rachetée par le groupe belge Ineos en décembre 2005. Le propylène issu du vapocraqueur alimente aussi la société Appryl qui fabrique des billes de polypropylène destinées aux textiles artificiels, automobile ou électroménager. Sur ce site se trouve également une activité importante liée au chlore avec Arkema. Les principales productions sont le chlorure de vinyle pour le PVC, les chlorométhanes pour des gaz propulseurs et des fluides frigorifiques. 700 000 tonnes de chlore sont produites en Provence-Alpes-Côte d'Azur à partir des unités Arkema à Lavéra et Fos-sur-Mer.
Sur la plateforme chimique de Fos, Lyondell Chimie est le premier producteur mondial d'oxyde de propylène intermédiaire entrant dans la fabrication de MTBE (additif pour essence remplaçant le plomb).
Sur le secteur de Berre, Shell a intégré l'ensemble de ses productions raffinage et produits chimiques autour de son vapocraqueur d’une capacité de 450 000 tonnes par an.
 
Métallurgie

La "production de métaux" comprend, depuis les années 1970, deux usines sidérurgiques, Sollac Méditerranée et Ascometal, implantées dans la zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer. L'usine Sollac (groupe Arcelor) produit des tôles laminées à chaud. L'usine de Fos-sur-Mer est spécialisée dans les aciers à basse teneur en carbone pour des usages techniques via des transformations ultérieures, notamment par laminage à froid. La capacité annuelle de production est de 4,6 millions de tonnes ; les principaux marchés sont l'automobile, le bâtiment, l'électroménager et l'emballage ; les pays de destination sont surtout l'Europe et les USA. Grâce à une implantation moderne en zone portuaire, Sollac dispose à Fos-sur-Mer d’installations adaptées à l'importation des matières premières (minerai, charbon) et à l'expédition des produits, par voie maritime, qui concerne plus de 60 % de sa production. Les effectifs de Sollac étaient de 3 500 salariés début 2005.
Ascometal (500 salariés - groupe Lucchini contrôlé par l'aciériste russe Severstal) produit des aciers spéciaux longs par four électrique ; les marchés sont notamment ceux des ressorts et roulements. Les aciers spéciaux sont fabriqués à partir de métaux de récupération collectés notamment par Multiserv Sud SA à Fos-sur-Mer.



ACTIVITES ECONOMIQUES : LOGISTIQUE

Le secteur transport-logistique représente un point fort de l'économie régionale. Concrètement, c'est 5.000 entreprises, 55.000 emplois, avec une création nette supérieure à 1.000 emplois par an depuis 1995, des installations régulières de nouveaux acteurs et une valeur ajoutée de 6 milliards d'euros. Les grands prestataires nationaux et internationaux sont déjà présents et beaucoup développent leurs capacités.

Première zone portuaire de France et d'Europe du Sud, second aéroport français pour le fret, premier département multimodal air-route-fer-fluvial-mer, les Bouches-du-Rhône disposent en matière foncière de sites aménagés et bien localisés pour accueillir des plateformes de distribution, y compris les gros projets, sur des grands espaces naturellement plats.

Voies maritimes : le port de Marseille dispose d’excellentes liaisons vers les pays de la Méditerranée. C'est un port d’escale de tout premier plan pour le trafic entre l’Extrême Orient, l’Europe et les Etats-Unis.
• Le réseau ferroviaire est bien organisé et la plupart des zones industrielles disposent d’une ligne de chemin de fer. Les trains de fret et de voyageurs relient la Provence à l’ensemble de l’Europe.
• Les voies fluviales remontent les vallées du Rhône et de la Saône (navires fluvio-maritimes).
• Les pipelines acheminent le pétrole et le gaz vers la Suisse et l’Allemagne.
• Le transport aérien s’effectue à partir de l’aéroport international de Marseille-Provence situé à moins de 30 kilomètres de Marseille, à la frontière du Pays d'Arles.
• Des routes à quatre voies et des autoroutes quadrillent la région, la reliant ainsi à l’Espagne à l’Ouest, l’Italie à l’Est et à l’Europe du Nord. Salon-de-Provence, situé au centre de la région, à la frontière du Pays d'Arles, est le nœud central de ce réseau à échelle européenne.

Le pôle logistique et transports Fos-Salon-Arles s'appuie sur le Port Autonome, la zone industrialo-portuaire de Fos, le port fluvial d'Arles et les plates-formes logistiques de Saint-Martin-de-Crau, de Salon et de Clésud à Grans-Miramas. Les opérations en cours ou en projet comme Distriport, le terminal à conteneurs Fos 2XL, la plate-forme logistique et le chantier multitechnique Clésud participent à la structuration et au développement de ce pôle logistique majeur.
L'essor de ce pôle est confirmé par le fort développement du trafic conteneurisé, la commercialisation rapide des plates-formes logistiques Clésud et Saint Martin de Crau et l'accroissement régulier et soutenu du trafic du port fluvial d'Arles.
Ces plateformes sont soit couplées à des chantiers rail-route (Clésud), soit à proximité de terminaux de conteneurs (ZI de Fos). Distriport répond à des logiques portuaire et industrielle, alors que Clésud est davantage tournée vers la grande distribution.

CLESUD

Clesud, le Centre Logistique de l'Europe du Sud, plate-forme continentale de 280 hectares, associe :

    -          une zone d'entrepôts et un centre de vie sur 220 hectares
-         
un chantier multi-technique pour le transport combiné rail-route sur 60 hectares.

Le total des surfaces commercialisables est de 155 hectares dont 85 hectares (1ère tranche) sur la commune de Miramas et 70 hectares (2ème tranche) sur le territoire de Grans. A terme, 600.000 m2 d'entrepôts pourront traiter 9 millions de tonnes de fret. Cette capacité en fait une des plates-formes logistiques les plus importantes en France et en Europe.

A partir de l'embranchement ferré déjà opérationnel, le chantier multi-technique de transport combiné de 4 cours de manutention à 3 voies aura une capacité de 210.000 wagons par an. Dès la première phase de ce chantier, une cour de manutention à 3 voies permettra de traiter 60.000 wagons par an, soit 800.000 tonnes de fret.

Cette plate-forme continentale s’adresse aux industriels européens et mondiaux, aux prestataires de transport-logistique et aux distributeurs (grande distribution et distribution spécialisée). Le site présente d’importantes possibilités d’extension.

CLESUD est porté par l’Etat, la Région PACA, le Conseil général des Bouches-du-Rhône, les communes de Grans, Miramas, Fos et Istres au travers d’un syndicat mixte d’équipement : le SME Euro Alpilles, créé en 1995. Celui-ci porte la volonté politique et le risque de l'opération, dont il décide les orientations stratégiques, notamment par transfert du fret de la route vers le rail. L'Etablissement Public d'Aménagement et de Développement (EPAD), aménageur-commercialisateur, assure la viabilité des terrains, l’embranchement fer, l’aide, l’assistance et les réponses aux exigences futures de la logistique.
Le terminal de transport combiné rail-route de clésud commencera son exploitation commerciale le 10 décembre 2007.

FOS-DISTRIPORT

La plate-forme logistique Distriport aménagée et commercialisée par le Port Autonome de Marseille, établissement public de l’État, est située sur la commune de Port Saint-Louis du Rhône, qui adhère au syndicat intercommunal “Ouest-Provence”. Distriport est accolée au terminal à conteneurs de Fos2XL dont l’objectif est d’en doubler la capacité de production qui sera ainsi portée dès 2009 à 1,5 millions de containers/an.
Face au Terminal à conteneurs de Fos, 180 ha relevant du domaine privé du PAM, cessibles aux investisseurs en pleine propriété, totalement dédiés à la construction d’entrepôts logistique (600.000 m2 de shon prévus à terme). Les terrains sont embranchés fer. Le terminal conteneurs est desservi par le rail, par la route et les barges fluviales. La plate-forme logistique Distriport, réservée aux entrepôts pour le trafic maritime import export, est située à moins d’un kilomètre du terminal "conteneurs". Les bassins de Fos comprennent également des terminaux pétrole, minerais et roulage. De plus, ces bassins font partie intégrante de la zone industrielle de Fos qui héberge de grandes usines (sidérurgie, usines chimiques).

 

Fos-Distriport.JPG

Le PAM est aménageur de l’infrastructure (environ 30 millions d’euros à terme) et le privé construit les superstructures (environ 300 millions d’euros à terme). On estime que 1.500 à 2.000 emplois devraient être créés. Clientèle cible : Stockage/Distribution en amont/aval des transports maritimes. De même que les zones logistiques développées à proximité des terminaux à containers des grands ports maritimes nordeuropéens de Rotterdam, Hamburg et Anvers sont destinées à accueillir les centres régionaux de distribution nord-européens des grands chargeurs intercontinentaux, Distriport est dédiée à l’accueil de leurs centres régionaux de distribution sudeuropéens.

Bilan et perspectives au 31 juillet 2007 :

Rappel des données principales :
-          Surface brute de la zone : 180 ha
-         
Surface commercialisable : 143 ha, dont 106 ha embranchables au fer.
-         
Espace communs et naturels : 37 ha
-         
Surface d’entrepôts prévus à terme : 600.000 m2 shon

    Situation actuelle :
         -          Terrains commercialisés (vendus et promis) : 143 h
         -         
Permis de construire obtenus : 212.000 m2 shon
     -  
Entrepôts déjà construits et en exploitation : 127.000 m2, dont 107.000m2 embranchés fer
         -         
Surface de terrain disponible : 0 – Etude en cours pour extension de 100 ha

Chantiers en cours de construction : 80.400 m2, dont 30.400m2 embranchés fer
Demandes de PC & ICPE déposés au premier semestre 2007 : 190.000 m2


Plate-forme multimodale de Saint-Martin de Crau

 

Située sur l’axe Espagne-Italie, Saint-Martin-de-Crau dispose d’une réserve foncière de 100 hectares à proximité immédiate d’un échangeur autoroutier. Un embranchement ferroviaire, ainsi que la possibilité d’embranchements privatifs, complètent le dispositif.
Les zones d’activités
• Zone industrielle du Bois de Leuze (industrie, logistique, transports), 36 entreprises, 76.000 m2 de bâtiments construits
• Zone Ecopôle du Mas Laurent (logistique), 9 entreprises. Elle représente à elle seule une surface de bâtiments logistiques de 180.000 m2
• ZAC Cabrau et Salat

 

Au total, aujourd’hui, la spécialité “Logistique” représente à Saint-Martin de Crau 256.000 m2 de bâtiments construits pour 1.550 emplois. D’ici fin 2007, 242.000 m2 de bâtiments vont être construits pour 1.500 emplois supplémentaires. Saprimex (Groupe Carnivor), en tant que “lotisseur” d’un espace de 140 ha dédié à la Logistique, représentera 650.000 m2 de bâtiments pour environ 2.500 emplois.
À terme, les zones Ecopôle du Mas Laurent et du Bois de Leuze représenteront 1.148.000 m2 de bâtiments pour 5.000 emplois.

Plate-forme multimodale Port fluvio-maritime d’Arles
• Plus de trente liaisons : pays de l’Est, pays du Maghreb, Europe du Nord et du Sud, Proche Orient…
• On distingue la zone portuaire (54 ha) et la zone “CCI” sur laquelle se trouve le port public (11 ha et 4 000 m2 d’entrepôts, sur un site clôturé et gardé).
• Flux : 560 000 t/an.
• Sa gestion est assurée par la Chambre de Commerce et d’Industrie du Pays d’Arles.
• Grandes capacités : le port le plus important après celui de Lyon sur le Rhône, l’unique port fluvial de l’axe rhodanien à pouvoir accueillir des navires de gros tonnage (3 000 t, en raison des conditions de navigation exceptionnelles entre la mer et Arles) considéré à ce titre comme une plate-forme mixte fleuve mer. Il est l’un des rares sites à pouvoir offrir encore de réelles capacités de développement sur le plan foncier comme en linéaire de quais.
• Transbordement sur 4 modes : route, fer, fluvial, maritime.
• Disponibilité foncière : 8 ha pour l’accueil des entreprises du transport et de la logistique (terrains en location).

Le port fluvial d’Arles, 1er port fluvio-maritime sur l’axe Saône-Rhône, offre une surface de 40 hectares à proximité des installations portuaires. Les terrains disponibles peuvent être raccordés au réseau ferré et recevoir des trains complets.

Le centre d’affaires du port accueille tous les professionnels de la chaîne logistique. Le port d’Arles se révèle très attractif pour des activités de " short sea "(navigation côtière) et de grand cabotage en Méditerranée, en Europe et en Afrique (bois et produits chimiques).


A synthétiser ... !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :